Avant / Après

Nouvelle année, nouveau logo : pour moi, 2019 est synonyme de renouveau, à commencer par la refonte de mon logo. Pourquoi ? Parce qu’au fil du temps, j’ai repéré des défauts à corriger et des choses à améliorer. Je vous parle de la naissance de mon logo, des erreurs que j’ai faites (et que vous pouvez éviter) ainsi que de 7 astuces à intégrer à votre réflexion pour créer votre logo.

Le logo original

J’ai créé mon logo original au moment où je me suis lancée en tant qu’indépendante. Après quelques séances de brainstorming en solo, l’idée de “Techtech” est née et il me fallait un logo pour l’illustrer. J’ai donc utilisé une photographie de tektek réalisée par mon mari, à partir de laquelle j’ai travaillé une identité graphique. Quelques pictogrammes et une police d’écriture funky plus tard, le logo Techtech version 1 était né. Je l’ai utilisé pendant 3 ans avant de le faire évoluer. Mais  pourquoi le changer au juste ?

On apprend tous les jours : top 5 de mes erreurs

Pendant les 3 années où j’ai utilisé mon logo original, j’ai appris pas mal de choses, notamment en termes de design, d’identité visuelle et de communication. Au fil du temps, j’ai repéré tous les petits défauts qui rendaient mon logo inefficace et des choses que je pouvais améliorer.

via GIPHY

Quelles sont ces choses ? Je vous épargne la liste exhaustive, mais voilà mon top 5 :

1 – J’ai intégré une image non-vectorielle

Le tectec au milieu, tiré d’une photo, est difficile à répliquer et à adapter sur tous les supports. En plus, il n’a aucun rapport avec mon activité ! (Mis à part la jeu de mots, bien entendu).

2 – J’ai surchargé mon logo avec des icônes inutiles

Les icônes autour de l’oiseau sont trop petites et surchargent inutilement le visuel.

3 – J’ai craqué pour une police funky

J’avoue que cette police d’écriture (Techno Overload) me plaît toujours autant, mais pour bien l’utiliser, il est nécessaire de l’intégrer à un design plus orienté rétro ou totalement futuriste, ce qui ne sied pas à mon activité.

4 – J’ai pris des couleurs qui ne s’impriment pas

Au départ, mon logo était bleu ciel et rose framboise. C’était vraiment très beau à l’écran, mais à la première impression : catastrophe ! Les couleurs n’étaient pas les bonnes ! J’avais simplement oublié de choisir des couleurs imprimables. Du coup, je n’ai pas réussi à retravailler les couleurs comme je voulais et je me suis rabattue sur une palette voisine.

5 – Je n’ai pensé aux proportions à aucun moment

Honnêtement, je n’ai pas une seule minute réfléchi aux proportions de mon logo avant de le réaliser. Résultat : une version carrée et rectangulaire qui n’avaient aucune logique.

Avec tous ces éléments qui me trottaient en tête depuis plusieurs mois, il était temps de passer à l’action en appliquant les 7 règles d’or de la création de logo.

Les 7 règles que j’ai suivies pour créer mon logo

via GIPHY

Forte de l’expérience de mes erreurs, j’ai totalement repensé mon logo en respectant ces règles :

1 – Adopter la simplicité

Les logos les plus connus ne sont pas forcément les plus chargés. Pensez à WWF ou à Microsoft, ou encore Lacoste : en lisant ces noms, vous avez immédiatement leur logo en tête. Pourtant, ils sont d’une simplicité incroyable. 

2 – Répéter des éléments

Des formes simples, mais répétitives sont plus facilement appréhendées par notre cerveau. Par exemple, les fleurs ont des pétales de même forme générale qui se répètent autour d’un point central, et nous les trouvons naturellement jolies.

Ce que j’ai fait :
J’avais à l’origine l’idée de faire un “chevron ailé”. J’ai travaillé à décliner cette idée sous plusieurs design, et au bout de quelques itérations, j’en suis arrivée à la forme finalement adoptée.

3 – Dire adieu aux polices funky

Les polices originales peuvent être très tentantes, mais il est très difficile de les assortir et de les utiliser correctement si on n’est pas un designer averti. Si vous n’avez pas une formation en design, il est plus prudent de s’en tenir à une police relativement simple.

Ce que j’ai fait :
Quand bien même des polices originales me faisaient de l’oeil, je m’en suis tenue à une police simple et facilement lisible. J’en ai choisi une très légèrement arrondie pour contraster avec le motif que j’avais trouvé. Je me suis basée sur la liste de “Safe Fonts” par Chris Do. 

4 – Refuser le mélange de styles

Mélanger plusieurs styles consiste à essayer d’assortir des éléments qui en réalité ne vont pas ensemble. Mon ancien logo en est un bon exemple : quoi de plus éloigné qu’une photo d’un oiseau endémique et une police à l’esprit techno / rétro ? Pas grand chose ! Identifiez un sentiment, une idée à faire passer et travailler votre logo uniquement autour de cette idée.

5 – Pas besoin d’un lien évident avec l’activité

Honnêtement, en voyant une pomme, est-ce que vous pensez à un ordinateur ou à un téléphone portable ultra-classe ? Pourtant, c’est le tour de force qu’à réussi Apple : en voyant leur logo – une pomme croquée, vous pensez immédiatement à leur produit. La leçon pour nous : on n’est pas obligé d’inclure des éléments rappelant son activité dans le logo.

Ce que j’ai fait :
Je me suis débarrassée des icônes qui n’apportaient au final aucune information sur ce que je faisais.

6 – Être cohérent

Le logo ne sera pas utilisé uniquement sur une carte de visite : il pourra être inclus sur un en-tête de lettre, un flyer, un cachet, un t-shirt … Il faut donc anticiper les différents usages et créer en conséquence un logo qui sera :

  • Lisible, grâce à une police adaptée (pensez notamment aux petits supports : la police reste-t-elle lisible même quand elle est minuscule ? )
  • Reconnaissable, avec une association formes / couleurs / polices unique qui lui permettra d’être reconnu entre mille
  • Versatile, notamment parce qu’il n’inclura pas d’éléments photographiques difficiles à adapter.

7 – Arrêter de vouloir être unique à tout prix

A force de vouloir sortir du lot, on en fait des tonnes, des lots, des caisses. Est-ce que vous vous dites parfois : “Si mon logo est tip-top, les gens penseront à moi en le voyant ? Ils vont le/me reconnaître ?” Vraiment ? A moins que votre logo soit une oeuvre d’art, il y a peu de chances que ça arrive. Les gens vous retiendront si vous marquez leur esprit par une action, une information qui leur aura été utile. Gardez un peu de vos forces pour des actions utiles.

Ce que j’ai fait :
J’ai arrêté de courir après l’originalité à tout prix et j’ai accepté un logo plus simple et “passe-partout”. Ca n’a pas été facile de me dire que ces quelques formes et juste “Techtech.re” était “suffisant”. Pourtant, le résultat est là et j’en suis satisfaite.

Et après ?

La refonte d’un logo a un impact sur tous les éléments visuels qui y sont liés : site internet, cartes de visites et autres papeteries, bureau … De mon côté, la refonte continue pas-à-pas en 2019.

En attendant que je vous parle des prochaines étapes, dites-moi ce que vous pensez de l’évolution de mon logo en commentaire. Vos retours me permettront de forger une meilleure v4 !

via GIPHY